Aller au contenu. | Aller à la navigation

La balsamine de l'Himalaya, une plante invasive de nos ruisseaux
Sections
Vous êtes ici : Accueil Actualités La balsamine de l'Himalaya, une plante invasive de nos ruisseaux

portletcontact.jpg

portletrepertoire.jpg

portlet enquetes publiques.png

portlet deviations.png

modèle portlet marchinfo.png

conseilcommunal.jpg

portletjumelages.jpg

modeleportletmedpharm.jpg

portletsalles.jpg

 
Actions sur le document

La balsamine de l'Himalaya, une plante invasive de nos ruisseaux

La balsamine de l'Himalaya, une plante invasive de nos ruisseaux

Durant ce mois de juillet 2020, notre commune (associée au Contrat de Rivière Meuse Aval), s’investit une nouvelle fois dans la gestion de la Balsamine de l’Himalaya. Il s’agit d’éradiquer cette espèce végétale non indigène particulièrement présente dans Les vallées de la Vyle, du Triffoy et du Ry de Wappe

La balsamine de l’Himalaya est une plante invasive (= exotique envahissante), qui colonise les berges des cours d’eau. Derrière son air inoffensif et ses jolies fleurs roses se cache une plante redoutable qui envahit rapidement les berges et les jardins, en projetant à plusieurs mètres ses milliers de graines. Les populations denses qu’elle forme ne laissent pas de place aux autres espèces, indigènes, et provoquent ainsi une perte de biodiversité (moins de plantes et d’insectes). Par ailleurs, ses minuscules racines ne lui permettent pas de stabiliser efficacement les berges et exposent donc celles-ci à une érosion accrue.

Heureusement, il est encore temps d’agir pour éradiquer cette plante !

Avec le Contrat de Rivière et votre commune, de nombreuses personnes sont engagées dans ce travail harassant, parfois périlleux, parcourant à pied les cours d’eau tout en ôtant manuellement toute plantule ou massif de Balsamine. Nous ne ménageons pas nos efforts dans ce travail.

 

La réussite du projet dépend essentiellement de sa cohérence puisque ces plantes se disséminent par graines principalement le long des cours d’eau, de l’amont vers l’aval.

Dès lors, après des jours entiers de travail pour éradiquer la Balsamine sur les berges de nos cours d’eau, la découverte d’un important massif de cette plante dans une propriété privée rend vains tous les efforts fournis ! Cette situation est particulièrement démotivante pour les nombreuses personnes, bénévoles ou non, engagées dans cette mission !

Afin de pouvoir gérer un maximum de berges, les travailleurs se limitent uniquement à celles-ci sur une largeur maximale de cinq mètres et en dehors des propriétés privées. Les résidus de gestion seront rassemblés en un tas tout au long du parcours (Il ne faut en aucun cas les jeter dans la rivière).

Si cette plante est présente chez vous, en bordure de ruisseau, nous en appellons à votre collaboration afin de l'enlever de votre jardin  avant sa venue en graines.

Il est possible d’éliminer complètement une population en 2 ou 3 ans à raison d'une intervention par an (2 ou 3 la première année) en ôtant les racines. Précisons que la méthode de gestion est sans danger ! Il faut arracher la plante manuellement en veillant à ce que toute la tige soit bien enlevée et avant que la fleur ne produise ses graines. Il suffit ensuite de la laisser sécher en tas

Ce travail aura également pour avantage  d'enrayer l'invasion  de votre propriété  par une plante  progressivement envahissante qui empêche le développement de la flore locale, beaucoup plus intéressante.

leadimage_leadimage.jpg

Massif de Balsamine de l'Himalaya le long d'un ruisseau.

 Une question, un conseil ?

Notre service Environnement se tient à votre disposition pour vous répondre :

Nathalie JASIENSKI (085 270 426 - nathalie.jasienski@marchin.be)

Actions sur le document